Réduction de la production de blé dur, augmentation d’ infestation des olives par la mouche de l’olive ou  des risques pour la cohérence de la qualité de production du vin

C’est ce qui ressort de la présentation du projet européen H2020 MED-GOLD, organisé dans le cadre de l’atelier, ouvert à toutes les parties prenantes, intitulé «Adapter l’agriculture méditerranéenne au changement climatique», qui a eu lieu le 15 octobre à Cagliari, en Italie.

L’atelier, officiellement soutenu par le Département de l’Agriculture de la Région de Sardaigne et l’Association des Ingénieurs Agronomes, a réuni des représentants de la communauté des agriculteurs, des coopératives agricoles, des conseillers agricoles, des sociétés de conseil en agriculture, des entreprises privées, des chercheurs et des étudiants, des médias et des décideurs, y compris le gouvernement régional de Sardaigne.

Tout d’abord, un aperçu a été fourni par Italian National Agency for New Technologies, Energy and Sustainable Economic Development (ENEA) sur les changements attendus des rendements de raisin, d’olive et de blé dur pour les prochaines années. Cela a été suivie par une brève description des services climatologiques développés par le projet pour chacune des cultures, donnée par les partenaires d’ENEA, Sogrape Vinhos et Horta . Ensuite,  BeeToBit a informé de l’évolution de la plateforme TIC développée par le projet pour aider à générer des services climatologiques. À la fin, il y a eu une session interactive au cours de laquelle les participants ont discuté du développement futur des services climatologiques pour l’agriculture sarde, y compris des nouvelles propositions d’adaptation des décisions agricoles au changement climatique en Sardaigne.

Les participants ont identifié des décisions prioritaires pour la Sardaigne. La plupart des décisions étaient similaires à celles déjà identifiées par le projet MED-GOLD, tandis que des nouvelles décisions ont été ajoutées à la liste, qui comprenait la nécessité d’une planification de l’irrigation des raisins et du développement des nouvelles stratégies de gestion des nuisibles pour les olives (plutôt que de simplement décider le nombre des traitements appliqués).

Voir l’ordre du jour de l’atelier here.

 

Assemblée générale de MED-GOLD

L’atelier des parties prenantes a été suivi dans l’après-midi par la 2ème réunion annuelle du projet, qui s’est tenue de 15 à 17 octobre à Cagliari. L’événement a été organisé par notre partenaire local BeeToBit.

MED-GOLD team at the General Assembly 2019 in Cagliari

Les partenaires du projet ont uni leurs forces pour faire progresser le développement des outils sectoriels des services climatologiques pour les cultures de raisin, d’olive et de blé dur, qui seront essentiels pour engager un nombre pertinent des parties prenantes. Les contributions des membres du comité consultatif externe du projet ont fourni un contexte stratégique à la discussion. Dr Greg Jones, Directeur d’ Evenstad Center for Wine Education à Linfield College,Oregon,Etats-Unis, a souligné qu ’« il est important de communiquer de manière compréhensible pour le public et de trouver les bons influenceurs et champions utilisateurs adéquats pouvant contribuer à ce processus ». Ajoutant à ces recommandations, le directeur de Copernicus Climate Change Service (C3S) à ECMWF, Royaume-Uni, Dr. Carlo Buontempo, a mis le projet au défi de réfléchir à la manière de «garder en vie ce qui est et sera développé dans le projet, même une fois que le projet est terminé». Enfin, Francesca Larosa de l’Université Ca’Foscari et Centro Euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici (CMCC), a présenté le modèle économique élaboré dans le cadre du projet EU H2020 CLARA project, fournissant des informations utiles pour MED-GOLD.

Travailler vers la valorisation des résultats du projet auprès des décideurs est également une priorité pour MED-GOLD. Ainsi, le discours invité de Dr. Ignacio Sánchez Recarte, Secrétaire Général chargé de l’Orientation Stratégique d »European Committee of Wine Companies (CEEV), a souligné le potentiel de MED-GOLD pour contribuer notamment à deux grandes priorités politiques dans le domaine agricole: adaptation au changement climatique et protection durable des plantes.